Vue aérienne de la ville de Chelles

Seniors / étudiants : et si vous partagiez le même toit ? L’idée toute simple est née du double constat du manque de logements étudiants et du fait que de nombreux seniors occupent parfois des habitats surdimensionnés.

Une cohabitation conviviale

Au-delà de la colocation, le « toit partagé » permet de rompre l’isolement des deux parties et met en présence deux générations, deux cultures. Il s’agit de loger des étudiants chez une personne disposant d’une chambre libre à son domicile , mais quel que soit le choix du jeune ou du senior, ce n’est pas une solution de logement comme les autres.

Le système met en relation des jeunes à la recherche d’un logement et des seniors désireux de compagnie, d’échanges culturels et de partage des tâches de la vie quotidienne, via une cohabitation conviviale sans rapport de subordination  entre les personnes concernées.

Les choses sont claires. La présence d’un jeune au coté du senior ne se substitue en rien aux services de soutien à domicile existants ou qui deviendraient nécessaires. Le jeune ne prodigue aucun soin à la personne, toilette, habillage, administration de médicaments… Sa présence la nuit se veut avant tout rassurante et ne peut en aucune façon se transformer en garde malade, ni avoir vocation à décharger la famille de ses obligations : visites, devoir d’assistance…

Un loyer modéré et un contrat légal

En partenariat avec le service juridique de la Ville, une convention tripartite université/bailleur/locataire, et une charte de bonne conduite seront signées.  L’Espace Seniors assurera le suivi de l’observance de ces engagements, pris pour une année scolaire au plus, mais renouvelables à la demande des acteurs.

Le jeune devra s’acquitter d’une somme de l’ordre de 120€ chaque mois pour couvrir le coût des charges, eau, gaz, électricité… Des lieux seront communs, salon, cuisine, salle à manger, salle de bain, mais le jeune disposera d’un endroit personnel : sa chambre meublée.  Pour le reste, tout sera négociable entre les uns et les autres et notifié sur les documents d’origine et leurs avenants éventuels. Rien n’est figé, mais tout devra être acté par le médiateur.

Vous êtes intéressé(e) ? Pour plus d’information contacter l’Université Interâges.