Archives de la mairie de chelles

Les fonds d’archives

archives de chellesLe fonds communal est constitué des archives collectées auprès de l’administration de la Ville qui se répartit entre :

Les archives anciennes (série GG, du XVIème siècle à la Révolution) :

Les registres paroissiaux de la paroisse de Saint André (de 1548 à 1792) et ceux de la paroisse de Saint Georges (1653 à 1790).

Les archives modernes (séries A à S, de la Révolution à 1945) :

Les délibérations du Conseil municipal (depuis 1788), les cadastres (à partir de 1824), registres d’état civil, listes électorales, recensements de la population (de 1911 à 1936), recensements agricoles et militaires, permis de construire, plans, budgets et comptes, arrêtés du maire, registres de cimetière, l’état-civil (à partir de 1791)…

Les archives contemporaines (série W, de 1946 à nos jours) sont constituées par les versements des services municipaux et organismes annexes. Elles ne cessent de s’accroître.

Le fonds iconographique (série Fi) est en cours de constitution, il sera riche de très nombreux plans, cartes, affiches, photographies, gravures, Atlas, cartes postales …

Les fonds numérisés se composent actuellement des délibérations du conseil municipal dématérialisées à partir du 11 août 1887 sont consultables sur :

FONDS NUMÉRISÉS

La recherche s’effectue par mot clé ou par registre. Pour cela veuillez consulter l’inventaire des registres (fichier Pdf en lien. Ce document est en cours de préparation et sera transmis ultérieurement)

Vous pouvez aussi consulter les registres paroissiaux et d’état civil sur le site des archives départementales du 77

REGISTRES PAROISSIAUX ET D’ÉTAT CIVIL

Une bibliothèque d’histoire locale et d’archivistique vient compléter les fonds. Elle se compose de livres historiques sur la ville et ses environs et de dossiers documentaires de presse (édifices, lieux, personnalités, manifestations et évènements, etc.).

L’accueil et les recherches

salle d'archivesLes Archives de Chelles sont ouvertes à tous. Les archives sont COMMUNICABLES GRATUITEMENT à toute personne, sur simple présentation d’une pièce d’identité lors de sa première visite annuelle. La consultation s’effectue sur place (le prêt à domicile n’est pas autorisé). Différents inventaires ainsi que la bibliothèque historique sont à la disposition du public en salle de lecture.

Un poste informatique permet de faire des recherches et consulter les registres paroissiaux et d’état civil de 1548 à 1914 et les registres de délibération du conseil municipal à partir du 11/08/1887 jusqu’en 2015.

Le personnel des Archives municipales est à la disposition des lecteurs pour les accueillir et les guider dans leurs premières démarches. Mais il ne peut effectuer les recherches à leur place.

L’histoire des archives de Chelles

Avant 1862, et faute d’hôtel de ville, les archives de Chelles sont conservées au domicile du maire et du secrétaire-greffier de la municipalité. En 1862, la municipalité s’installe dans les bâtiments qui abritent aujourd’hui le musée Alfred Bonno. Les archives, y trouvant alors naturellement leur place, y sont progressivement regroupées.

En 1937, Emile Fouchard, maire, acquière au nom de la ville, le corps de logis formant l’ancienne résidence abbatiale, construit en 1651 par Madeleine de La Porte, abbesse de Chelles. C’est en effet l’un des rares bâtiments épargnés par les destructions révolutionnaires, vestige de cette antique abbaye de fondation royale. De demeure résidentielle, la bâtisse devient ensuite mairie dès l’année 1938. Les archives suivent logiquement le déménagement du personnel municipal et sont alors entreposées sous les combles de l’actuel bâtiment.

En 1940, l’exode des populations qui fuient la guerre provoque également le départ des archives qui sont conduites puis déposées à Melun, siège des Archives départementales de Seine-et-Marne à l’époque. La défaite française voit d’abord l’occupation de Chelles par les Allemands, puis, le 25 août 1945, le dynamitage par ces derniers de l’hôtel de ville avant leur départ. Reconstruit, le bâtiment réintègre les archives de la ville, récupérées par la municipalité auprès des Archives départementales.

Dès novembre 1986, les archives sont affectées dans un local annexe de l’hôtel de ville, partagé conjointement avec les services du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS). À ce magasin principal s’ajoute, pour des raisons pratiques et faute de capacités de stockage suffisantes dans le bâtiment des Archives, de petits locaux secondaires, dotés de rayonnages, situés dans l’hôtel de ville (archives des services techniques, de l’urbanisme et de la commande publique, etc.).

En 2011, les archives font l’objet d’un nouveau déménagement. Les locaux rue des Frères Verdeaux sont récupérés pour la réalisation d’une crèche municipale. Les archives sont alors centralisées au rez-de-jardin de l’hôtel de ville. Quatre, puis cinq salles en 2013 sont aménagées ou agrandies regroupant à ce jour 1km d’archives.

En ce qui concerne les fonds conservés, la ville se distingue par l’absence presque totale d’archives anciennes, mis à part le cas des registres paroissiaux, dont le plus ancien date de 1548. Les éléments de réponses sont l’absence de documents émanant du pouvoir communal du Moyen-Age (dissout en 1319 et reformé seulement pendant la seconde moitié du XVIIIème siècle), et la dispersion ou la destruction des archives de l’abbaye à la Révolution. Quelques pièces anciennes se retrouvent néanmoins au musée Alfred Bonno de Chelles et seront prochainement intégrées dans le fonds des archives municipales.

De 2009 à 2016, la direction des archives municipales a également géré les archives de la communauté d’agglomération Marne et Chantereine.